Ventilation du poulailler

25 mars 2021 par dans Eleveurs et élevages d'animaux - 98 Lectures

Ventilation du poulailler : comment aérer un petit poulailler ?

L’aération du poulailler est un élément crucial dans le domaine de l’élevage de poules. En effet, ce processus affine la reproduction de ces animaux et améliore la qualité de leurs viandes. Ainsi, il est indispensable aux éleveurs de bien oxygéner cet abri pour assurer la survie et le développement des poules. Toutefois, comment aérer un poulailler ?

Opter pour une ventilation optimale pour le poulailler

Les courants d’air jouent un rôle délicat dans l’aération du poulailler, du fait qu’ils permettent aux poules de respirer et stabilisent la chaleur ainsi que la température au sein du poulailler. Toutefois, il est indispensable de limiter la circulation de l’air pour assurer une isolation thermique optimale aux poules. Dans ce cas, les volailleurs doivent ventiler l’abri pour volailles avec parcimonie. En outre, ils peuvent choisir la :

  • Ventilation traditionnelle

Ce mécanisme est considéré comme étant le plus simple des systèmes de ventilation. Pour instaurer ce type d’aération, il suffit de percer quelques trous dans le mur du poulailler. Cette méthode serait d’autant plus pratique si le poulailler était fait de bois. De même, ces crevasses permettent l’entrée de la lumière naturelle, ce qui est aussi essentiel pour des animaux sensibles comme les poules.

  • Ventilation mécanique

Cette option est réservée au poulailler ayant une dimension très considérable et un effectif important de volailles. Elle ne doit donc pas être prise à la légère et elle sollicite l’intervention d’un professionnel qualifié pour l’installation d’un système puissant et en mesure de bien oxygéner les poules. En plus des trous percés dans le mur, ce processus exige en effet l’utilisation d’un ventilateur à usage industriel, à la différence du meilleur ventilateur  à usage domestique. Ce mécanisme qui est la ventilation mécanique requiert aussi la mise en place d’un système d’échappement pour extraire les impuretés et l’air stagnant dans le poulailler.

poulaillerBien aménager le poulailler

Aérer un poulailler revient aussi à réhabiliter l’habitat des volailles et le préserver de l’humidité et des changements de température. Pour ce faire, les aviculteurs devront :

  • Poser un toit résistant

Le toit robuste assure la mise à l’abri des poules durant les saisons pluvieuses ou neigeuses. Pour obtenir une telle toiture, les volailleurs devront miser sur un revêtement composé de toile bitumeuse, de tôle ou de tuiles. De par leurs compositions, ces matériaux sont en mesure de rendre le poulailler imperméable  et d’empêcher l’infiltration des eaux pendant les périodes de pluies.

Afin d’éviter la pénétration d’eau dans le poulailler pendant l’automne, les responsables peuvent installer une gouttière ainsi qu’un récupérateur d’eau sur le toit. Ces systèmes ont pour objectif de récupérer les eaux de pluie et de faire en sorte que ces dernières ne pénètrent pas dans le poulailler.

Pour mieux oxygéner le poulailler tout en évitant aux poules d’être inondées durant cette saison, il suffit également de poser des plaques de plexiglas sur la volière ou bien les ouvertures dont dispose le poulailler. Ensuite, il faudra laisser ces couvertures mi-closes pour permettre à l’air de circuler dans le lieu.

Ne pas négliger l’hygiène au sein du poulailler

L’hygiène et la propreté sont deux éléments à tenir compte si on souhaite mieux aérer un poulailler. En effet, les fientes évacuées par les poules s’avèrent néfastes du fait qu’elles dégagent une odeur fortement nauséabonde, mais aussi du gaz ammoniac, ce qui risque de polluer l’atmosphère au sein du poulailler. En outre, l’ammoniac présent dans ces excréments est nocif pour l’appareil respiratoire des poules. Mis à part le nettoyage régulier et la désinfection constante du poulailler, les aviculteurs devront dans ce cas:

  • Choisir une litière convenable

Mettre en place une litière de qualité assure une absorption optimale de l’humidité et évite la pollution occasionnée par les fientes. De ce fait, l’éleveur peut opter pour la paille de lin, la paille de chanvre ou bien les copeaux de bois. Ceci retient l’humidité ainsi que les odeurs occasionnées par les fientes. Le professionnel peut aussi choisir la paille en chanvre qui est un excellent absorbeur et constitue un compost pour les jardins.

Durant la saison glaciale, ces matériaux offrent une bonne isolation thermique, étant donné qu’ils dégagent de la chaleur et évitent ainsi aux poules de mourir de froid.

  • Concevoir des plateaux de déjections

Pour aider les poules à déféquer librement sans souiller l’atmosphère du poulailler et salir partout, il est primordial d’installer des plateaux de déjections sous les perchoirs. Ces instruments servent à recueillir les fientes et masquer leurs odeurs infectes. Ce système permet non seulement de préserver les poules de l’air stagnant au niveau de leur habitat, mais facilite également le nettoyage au sein du poulailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *