ruche bourdonneuse

1 juillet 2024 par dans Eleveurs et élevages d'animaux - 85 Lectures

Comment une ruche devient-elle bourdonneuse et comment y réagir ?

Une ruche bourdonneuse est une colonie d’abeilles où la reine est absente ou infertile. Or, sans reine, la ruche est désorganisée. Les ouvrières ne peuvent plus pondre d’œufs fertiles. Par conséquent, elles pondent des œufs non fécondés, qui donnent naissance uniquement à des mâles, appelés bourdons. Mais comment reconnaître que tel est le cas ? Quels sont les signes apparents pour savoir si votre ruche est devenue effectivement bourdonneuse ? Et quelles sont les actions à entreprendre pour sauver la colonie ? Découvrez tout cela à travers l’article !

Les signes d’une ruche bourdonneuse

Les signes d’une ruche bourdonneuse sont multiples, mais il y en a 4 qui ne trompent pas.

Absence de reine visible lors de l’inspection

Pour en savoir plus sur une ruche bourdonneuse, le premier signe auquel il faut faire attention est la présence ou non de la reine. Lors de l’inspection d’une ruche, ne pas voir de reine visible est un indicateur sérieux d’un problème potentiel.

En effet, la reine est essentielle pour la survie et la prospérité de la ruche. Seule abeille capable de pondre des œufs fertilisés, elle donne naissance aux futures abeilles ouvrières. Son absence provoque ainsi un déséquilibre compromettant l’efficacité et la santé de la colonie. Mais comment savoir si la reine est effectivement absente ?

Très simple, une inspection minutieuse des cadres est nécessaire. Si aucun œuf n’est visible et si le couvain est principalement constitué de nymphes mâles, cela peut indiquer que la reine est absente depuis un certain temps. La présence d’une cellule royale en construction peut également suggérer que la ruche tente de se réorganiser après la perte de sa reine.

Population d’abeilles en déclin

Un autre signe révélateur d’une ruche bourdonneuse est la diminution progressive de la population d’abeilles. Ce déclin peut être observé lors des inspections de la ruche. Les cadres, qui devraient être densément peuplés d’abeilles, apparaissent clairsemés. Les abeilles restantes peuvent sembler désorganisées et moins actives, une indication que la cohésion sociale de la ruche est perturbée.

De plus, une diminution de la population d’abeilles peut également conduire à une diminution de la production de miel. Car il y a moins d’ouvrières disponibles pour la collecte du nectar et sa transformation en miel. En l’absence de reine, la ruche perd sa capacité à se régénérer, ce qui conduit aussi à une diminution inévitable du nombre d’abeilles. De même, les facteurs environnementaux, les maladies et les parasites peuvent exacerber la situation.

A lire aussi :   Utilisation du chauffage porcin dans les élevages industriels : avancées et innovations

Présence de nombreuses cellules de bourdons sur les cadres

Les bourdons, ou mâles de l’espèce naissent des œufs non fécondés. Dans une ruche normale et équilibrée, la reine pond des œufs fertilisés qui donnent naissance à des ouvrières, essentielles pour le bon fonctionnement de la colonie.

Cependant, lorsqu’une ruche devient bourdonneuse, en l’absence de reine, certaines abeilles ouvrières commencent à pondre des œufs non fécondés, conduisant à une surabondance de bourdons. Ces cellules de bourdons sont généralement plus grandes et diffèrent visiblement des cellules d’ouvrières. Ce qui les rend relativement faciles à identifier lors de l’inspection des cadres. Une ruche avec une forte proportion de cellules de bourdons reflète un déséquilibre grave, car les bourdons ne participent pas aux tâches vitales comme :

  • La collecte de nourriture ;
  • La construction des rayons de cire ;
  • Ou le soin des larves.

Comportement agité des abeilles ouvrières

En l’absence de reine dans une ruche, il ne peut y en être autrement. Les abeilles ouvrières, dans une ruche en bonne santé, sont habituellement calmes et disciplinées, exécutant leurs tâches avec précision.

Mais lorsque la reine, qui est censée veiller au bon grain est absente, ce comportement change radicalement. L’agitation des abeilles ouvrières peut être observée par une activité désordonnée sur les cadres, un bourdonnement plus intense que d’ordinaire, ainsi que des mouvements désorganisés.

De plus, lorsqu’une ruche est bourdonneuse, les abeilles ouvrières deviennent plus susceptibles d’attaquer ou d’adopter un comportement défensif, même en l’absence de menace réelle. Elles réagissent de manière excessive à des perturbations ou des manipulations minimales, montrant des signes de nervosité exacerbée.

Lorsque vous vous apercevez de ces signes apparents, sans nul doute, votre ruche est devenue bourdonneuse ou le devient probablement et progressivement. Dans le cas d’espèce, il urge de prendre le taureau par les cornes, et alors, quelles sont les actions à entreprendre ?

signes ruche bourdonneuse

Les astuces pour sauver une ruche bourdonneuse

Pour sauver une ruche bourdonneuse _et là encore il ne s’agit pas de chercher à réinventer la roue_ il y a 3 bonnes astuces à appliquer.

Retirer les abeilles pondeuses

Lorsqu’une ruche devient bourdonneuse, cela signifie souvent qu’elle est dirigée par des abeilles ouvrières qui ont commencé à pondre des œufs, en l’absence d’une reine. Cette situation déséquilibre gravement la dynamique de la colonie. Pour corriger cela, la première étape consiste à retirer les abeilles pondeuses.

Pour ce faire, il est recommandé d’inspecter soigneusement chaque cadre et d’identifier les zones où les œufs sont pondus de manière anarchique. Retirez délicatement ces abeilles pour restaurer l’ordre naturel de la ruche.

A lire aussi :   Quel poisson d'eau froide et douce pour un aquarium ?

Introduire une nouvelle reine

Après avoir éliminé les abeilles pondeuses, l’introduction d’une nouvelle reine est essentielle pour rétablir la fécondité de la ruche. En effet, et cela n’est plus à démontrer, la reine est le cœur de la colonie. C’est elle qui assure la ponte des œufs fécondés nécessaires à la croissance et à la santé de la population d’abeilles.

Avant de l’introduire dans votre ruche, assurez-vous qu’elle est en bonne santé et qu’elle provient d’une source fiable. Pour minimiser le risque de rejet par les abeilles existantes, il y a des précautions à prendre. Vous pouvez l’introduire dans une cage protectrice à travers laquelle les abeilles peuvent s’habituer à sa présence et la libérer progressivement dans la ruche.

Unir avec une autre colonie

Si les mesures précédentes ne parviennent pas à restaurer la vitalité de la ruche bourdonneuse, envisagez de l’unir avec une autre colonie forte et saine. Cette méthode est souvent utilisée comme dernier recours pour préserver les ressources restantes.

Elle vise de même à garantir une population d’abeilles suffisamment nombreuse pour maintenir la ruche active et productive. Mais avant tout, assurez-vous de choisir une colonie compatible en termes de force et de génétique.

En combinant ainsi ces trois astuces, vous pouvez significativement augmenter les chances de sauver votre ruche qui, éventuellement, serait devenue bourdonneuse. Toujours est-il que vous devez d’abord vous assurer que tel est le cas ou que votre ruche présente des signes critiques. Pas question de mettre la charrue avant les bœufs !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *