30 juin 2022 par dans Cimetières et crématoriums - 178 Lectures

Enterrer son chien dans son jardin : que dit la loi ?

En disparaissant, un chien laisse beaucoup de souvenirs, d’amour et de tendresse mais aussi un très grand vide derrière lui… Suite à sa perte, un maître souhaite rendre hommage à son animal et le remercier pour les années passées ensemble. Malheureusement, la loi réglemente les pratiques autour des funérailles d’animaux.

Depuis 2021, il est désormais interdit d’enterrer son chien dans son propre jardin. La principale raison est une raison sanitaire car la dépouille d’un animal de compagnie peut contaminer les eaux d’une ville ou d’une habitation si elle est enterrée au mauvais endroit.

Dans ce cas, plusieurs alternatives s’offrent au propriétaire de l’animal.

Quelles sont les alternatives ?

Suite à la perte de votre chien, qu’il fasse plus ou moins de 40 kg, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour lui laisser un hommage digne : la crémation ou l’inhumation de l’animal dans un cimetière spécialisé.

La crémation individuelle

Il est possible d’assister à ce moment si on le souhaite. Les cendres du chien seront placées dans une urne et pourront être récupérées par le maître. Ce dernier aura le choix de les disperser dans la nature, de les conserver ou de les mettre dans un cimetière. Les cendres ne doivent surtout pas être jetées dans un lieu public tel qu’un champ, une simple route ou un parc.

La crémation collective

L’animal est incinéré avec le corps d’autres animaux de compagnie, mais en choisissant cette pratique généralement réalisée par un vétérinaire, il est impossible de récupérer les cendres. Celles-ci seront dispersées par un enfouisseur spécialisé et il sera difficile de savoir où cela a été fait. Cette option reste la plus économique.

L’inhumation dans un cimetière animalier

Si le chien était considéré comme un membre de la famille, enterrer son chien dans un cimetière animalier est la plus belle des décisions. Le chien aura sa propre sépulture entouré de d’autres sépultures d’animaux de compagnie. L’avantage est que le maître pourra venir se recueillir sur la sépulture comme dans un cimetière classique. L’animal sera placé dans la terre, entouré d’un linge ou d’une boîte biodégradable.

Cimetière animalier : une pratique atypique

Comment faire ?

Les cimetières animaliers sont similaires aux cimetières pour humains. Ils sont conduits par des entreprises privées ou des associations, mais lors du décès du chien, il faut informer la mairie. La mairie peut vous guider dans la marche à suivre. Comme pour l’inhumation d’une personne, enterrer son chien nécessite l’achat d’une concession, sans celle-ci l’inhumation sera impossible.

Acquérir une concession animalière est un choix plus personnel par rapport à la crémation. Il est dit que cette option facilite le processus de deuil pour le maître et lui permet de venir se recueillir lorsqu’il en ressent le besoin.

Quel budget cela nécessite ?

Le budget peut devenir conséquent en fonction du souhait du propriétaire de l’animal. Dans un premier temps, il faut acquérir une concession qui peut coûter entre 300 € et 1000 € selon la dimension souhaitée. Le moment venu d’enterrer son chien peut représenter un budget entre 200 € et 600 €, sans compter l’ajout d’une plaque funéraire éventuelle pour indiquer le prénom du chien ou de fleurs fraîches.

Il est ensuite possible de faire construire une pierre tombale pour recouvrir la concession une fois l’inhumation faite, d’y ajouter une stèle et un médaillon photo. Cette option pourra encore faire varier le budget total.

En résumé, il est désormais interdit d’enterrer son chien dans son jardin. Des alternatives existent pour remédier à cela, mais elles restent tout de même strictes et encadrées par des lois. Vous trouverez sans aucun doute l’alternative la plus adaptée pour rendre un bel hommage à votre compagnon de vie.

En savoir plus sur l’encadrement de l’enterrement d’un animal de compagnie : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33426