ravageur jardin

11 septembre 2022 par dans Soins d’hygiène, santé et beauté - 127 Lectures

Mollusques et insectes nuisibles : les 3 principaux ravageurs du jardin et comment s’en débarrasser ?

Que ce soit autour de vos animaux ou sur les plantes à fleurs ou sur les légumes semés dans votre jardin, généralement, vous y trouverez deux types d’insectes : les insectes qui peuvent être utiles et les insectes nuisibles comme les pucerons. En plus des insectes nuisibles, vous y trouverez aussi des ravageurs tels que les mollusques à l’instar des escargots et de la limace.

Si après les semis, vous ne prenez pas les dispositions nécessaires pour épargner votre jardin de ces ravageurs, il faudra vous apprêter à les combattre une fois que vos plantes vont entamer leur croissance et ceux ci peuvent aussi perturber ou agresser vos animaux de compagnie.

Si vous préférez par contre ne rien faire, ils ne vous resteront que vos yeux pour constater l’étendu du dégât laissé par ses derniers. Généralement, les trois principaux ravageurs que vous trouverez dans votre potager sont : les pucerons, les escargots et les coléoptères japonais. Comment pouvez-vous faire face à une éventuelle invasion de ces nuisibles ? Biogrowi, vous prodigue ses conseils d’expert en la matière.

1. Pucerons : vous pouvez vous débarrasser de ces parasites en les pulvérisant avec un tuyau ou en utilisant un savon insecticide

On en dénombre plus de 4 000 espèces de pucerons dans le monde entier. Ces insectes phytophages au corps mou se nourrissent exclusivement de la sève des plantes. Présent en colonie sous la face inférieure des plantes, les pucerons utilisent souvent leurs pièces buccales pour percer les plantes et sucer leur sève.

Avec le temps, les feuilles infestées par ces derniers finissent souvent par jaunir en raison d’une élimination excessive de la sève. Bien que leurs actions ne conduisent généralement pas à la mort de la plante, elles ralentissent souvent leur croissance. Parce qu’avec le phénomène du jaunissement de ses feuilles, il est généralement difficile pour la plante de continuer à produire de l’énergie par le biais de la photosynthèse.

Pour ralentir ou arrêter l’action de ces nuisibles sur les plantes, vous pouvez utiliser soit les pesticides ou une méthode de lutte biologique. Beaucoup controversée pour son action néfaste sur l’environnement, la lutte chimique est le plus souvent moins sollicitée par rapport aux techniques de lutte biologiques. Outre les méthodes de lutte biologique, il existe également des petites astuces simples qui peuvent également aider à combattre efficacement ces nuisibles dans votre potager.

Parmi ces astuces, nous avons la pulvérisation des plantes avec de l’eau et l’utilisation des savons insecticides.

Combattre les pucerons en les pulvérisant d’eau

Les pucerons sont des insectes qui aiment vivre dans des environnements secs. Alors, lorsque vous constatez leur présence sous vos légumes ou sur vos plantes à fleurs, vous pouvez utiliser de l’eau pour les éloigner. Pour cela, il suffit d’utiliser un tuyau d’eau avec une faible pression afin de les éloigner de votre potager. Si la pression est forte, vous risquez d’endommager vos plantes.

Utiliser le savon insecticide

Dans une démarche écologique, il est également possible de se débarrasser des pucerons en utilisant les savons insecticides comme le savon noir. Beaucoup apprécié pour ses propriétés anti-insecticides, le savon noir est une arme redoutable contre les pucerons. Il représente l’allié écologique parfait pour la protection des plantes.

Comment utiliser le savon noir pour combattre les pucerons ?

Pour mener à bien cette opération, vous aurez besoin de 5 cuillères à soupe de savon noir et d’un litre d’eau tiède. Pour la préparation, diluer vos 5 cuillères à soupe de savon dans de l’eau tiède. Une fois fait, attendez que votre mélange se refroidisse. Après que le mélange soit bien refroidis, vous pouvez pulvériser votre mélange sur les plantes infestées par les pucerons. Quelques jours après, vérifiez si votre traitement a été efficace. Sinon, appliquez encore la même méthode.

débarrasser ravageur
2. Limaces et escargots : vous pouvez les enlever manuellement ou utiliser un appât à limaces pour vous en débarrasser

Les limaces et les escargots sont les gastéropodes les plus nuisibles contre les plantes des potagers. Comme tous les mollusques, ces deux espèces évoluent dans les environnements humides. C’est la raison pour laquelle elles affectionnent la période des pluies et particulièrement le printemps qui correspond à la période des semis.

Les temps humides du printemps constituent les moments parfaits pour eux pour s’épanouir. En effet, ils se nourrissent durant cette période en consommant des jeunes pousses des plantes qui viennent de germer. C’est ainsi, qu’ils peuvent dévorer une grande partie de vos semis. Le plus souvent, vous constaterez leur présence dans votre jardin par les traces du mucus qu’ils traînent derrière eux.

Quelles méthodes peuvent bien être efficaces pour se débarrasser de ces mollusques ?

En toute chose, prévenir vaut toujours mieux que guérir. Ceci dit, vous pouvez empêcher ces mollusques de s’installer dans votre potager en utilisant les méthodes préventives. Pour cela, vous allez mettre en place des techniques simples pour les éloigner de votre potager. L’une des méthodes la plus efficace pour les éloigner avant les semis consiste à couvrir votre jardin avec une bâche noire.

Ceci dit, une fois après avoir terminé le labourage de votre jardin, couvrez-le avec une bâche noire. Ainsi, cette dernière créera un milieu chaud, défavorable pour l’évolution de la limace et de l’escargot.

Vous pouvez également prévenir la présence de ces mollusques en créant une barrière qui les empêchera d’entrer dans votre jardin. A cet effet, construire un talus ou entourer chacune de vos plantes avec des pierres feront parfaitement l’affaire.

A défaut de prévenir l’entrée de ces mollusques dans votre potager, vous pouvez les combattre s’ils s’y sont déjà installés. Pour ce faire, vous pouvez utiliser des méthodes de lutte simple. Étant donné que les limaces et les escargots sont parfaitement visibles à l’œil nu, vous pouvez tout simplement fouiller tous les coins de votre jardin et vous servir de vos mains pour les ramasser.

A défaut de les ramasser avec les mains, vous pouvez aussi vous débarrasser de ces bestioles en utilisant des pièges. A cet effet, vous pouvez utiliser des petits bols ou les ramequins pour les attirer. Pour ce faire, vous allez remplir ces boites à l’aide de la bière pour les attirer. Étant donné qu’ils raffolent de la bière, en voulant boire, ils s’y noieront.

3. Coléoptères japonais : vous pouvez enlever ces parasites à la main ou utiliser un insecticide en spray

Le scarabée japonais ou hanneton japonais est un coléoptère redouté pour son appétit pour les plantes. On dénombre plus 400 espèces de plantes qui font partir de ses préférences alimentaires. En plus des espèces forestières et des plantes ornementales, cet insecte s’attaque également aux plantes comestibles ou aux arbres fruitiers comestibles comme le prunier, le pommier, le pêcher, le cerisier, le haricot, le maïs, l’asperge, etc.

Le coléoptère japonais constitue une véritable menace pour l’espèce végétale. Déjà, il faut noter qu’il se déplace facilement, ce qui lui offre la capacité de coloniser facilement de larges espaces agricoles. Tout comme ses larves qui se nourrissent des racines des plantes, il se nourrit exclusivement des essences végétales dont les feuilles en particulier. Bien que la présence de cet insecte nuisible ne soit pas encore signalée en France, on y redoute sa venue dans les mois ou des années à venir.

En effet, le scarabée japonais a été découvert pour la première fois en Europe dans les années 70. Avec son arrivée en Italie en 2014 et en 2017 en Suisse, on redoute qu’il finisse par entrer en France. Rien n’empêchera cela, vu qu’il se déplace assez rapidement et les conditions climatiques qui sévissent en France sont bien favorables à son épanouissement. En plus de cela, il y trouvera de la nourriture qui lui permettra de s’y développer facilement.

La première méthode de lutte à adopter contre ces coléoptères, c’est la prévention. Ainsi, l’on peut l’empêcher d’intégrer les milieux non infestés en plaçant au niveau des frontières, entre ces zones et celles qui sont déjà colonisées, des leurres constitués des pièges à phéromones et des attraits floraux. Ce dispositif vous aidera à les attirer pour les capturer.

Si par contre une zone est déjà contaminée par ces derniers, il faut tout simplement déterminer une méthode de lutte efficace pour les exterminer. A cet effet, les insecticides à spray semblent être plus indiqués pour cela. Alors, comment faire pour détruire les coléoptères japonais avec des insecticides en spray ?

Pour ce faire, vous devez mettre votre savon liquide dans un spray pour les pulvériser. Le plus souvent, lorsque vous voulez traiter vos plantes avec ces savons insecticides, le moment le plus indiqué pour le faire, c’est le matin. Ainsi, cela vous évitera d’empoisonner les abeilles. Parce qu’à cette heure-là elles ne sont pas encore actives.

Néanmoins, vous pouvez répéter l’opération au cours de la journée. Surtout si vous ne détectez par la présence des abeilles dans votre potager.

Utiliser les méthodes de lutte biologique de Biogrowi

Outre les techniques de lutte non-chimique que nous avons évoquées ci-dessus, l’une des méthodes écologiques la plus efficace pour combattre les ravageurs des potagers est la méthode de lutte biologique. En tant que l’un des pionniers et promoteurs de la lutte biologique dans le secteur agricole depuis 1994, Biogrowi a jusqu’ici testé et approuvé plusieurs méthodes de lutte biologique dans ses jardins expérimentaux. Ces méthodes ont connu un franc succès et sont beaucoup sollicitées par des jardiniers.

Avant d’évoquer toutes ces méthodes, il serait primordial de savoir ce qu’est la méthode de lutte biologique. En des termes simples, la lutte biologique consiste à utiliser des organismes vivants pour combattre les nuisibles qui ravagent les jardins ou les potagers. En effet, l’objectif ici n’est pas d’exterminer la population du ravageur, mais de la réduire afin de maintenir un certain équilibre dans la biodiversité.

Etant donné que la lutte biologique n’a aucun impact néfaste sur l’environnement comme les pesticides chimiques, elle est de plus en plus appréciée par les jardiniers. Ces derniers trouvent en elle un moyen efficace pour combattre les parasites sans infester leur culture et en gardant leur environnement sain.

Généralement, dans la lutte biologique, on utilise soit certains insectes prédateurs pour combattre des insectes nuisibles ou les parasitoses qui agissent en colonisant leurs hôtes. Le plus souvent, les parasitoses colonisent leurs hôtes et leur privent des ressources qu’ils utilisent pour survivre. Étant dans l’incapacité de se nourrir, ces derniers finissent par rendre l’âme.

Parmi les méthodes de lutte biologiques préconisées par Biogrowi, nous avons :

  • L’utilisation des nématodes. Ils sont utilisés pour lutter contre les limaces, les fourmis, les mouches de terreau, les vers blancs, la tipule, le ver gris, etc ;
  • L’utilisation des acariens prédateurs contre les thrips, les larves de thrips, les tétranyques et les poux rouges ;
  • Les larves des coccinelles contre les pucerons ;
  • Les coccinelles adultes contre les pucerons ;
  • Les guêpes parasitoses contre les mouches blanches ;
  • L’Orius contre les thrips ;
  • Les aphidoletes contre les pucerons ;

Certainement, vous vous interrogez à savoir comment on fait pour obtenir ses insectes prédateurs ou parasitoses nécessaires pour combattre les nuisibles. En effet, ces derniers sont introduits dans le milieu où se trouvent les nuisibles. Ainsi, pour chaque nuisible donné, on introduit dans le milieu l’insecte prédateur qui peut l’attaquer.

Généralement, ces prédateurs et ces parasitoses sont élevés et vendus par les entreprises horticoles. En tant qu’un défenseur de la cause environnementale et promoteur de la lutte biologique, Biogrowi a au fil des ans mis sous pieds de nombreuses techniques lui ont permis d’obtenir des espèces variées de prédateurs et de parasitose. Vous pouvez ainsi vous rendre sur leur boutique en ligne pour découvrir les différents types d’insectes nuisibles et des parasitoses qui sont mis en vente.

Outre les méthodes de lutte biologiques qui utilisent les prédateurs et les parasitoses, vous avez aussi des méthodes de lutte biologique basées sur les techniques culturales. Ces derniers consistent à utiliser certaines techniques culturales pour éloigner ou combattre les parasites des plantes. Parmi celles-ci, nous avons :

  • Le retardement des cultures. Cette méthode consiste à retarder la période de semis des cultures afin d’éviter leur infestation par un ravageur déterminé ;
  • La biculture ou l’association de plusieurs plantes. Elle consiste à cultiver sur une même surface deux ou plusieurs plantes. Sur ces plantes, on retrouve souvent certaines qui sont consommées par le ravageur ciblé et d’autres qui ont une action répulsive sur ces derniers ;
  • L’assainissement de la plantation après la récolte. Cette technique a pour but de débarrasser votre potager des œufs des ravageurs avant l’arrivée de la prochaine saison des cultures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.