chat sauvage

30 septembre 2021 par dans Chats, chatons et félins - 89 Lectures

Le Maine Coon est-il un descendant direct d’un chat sauvage ?

En France et ailleurs, le chat Maine Coon est devenu une star incontestée et il bat tous les records dans les classements des races préférées. La raison de cet engouement s’explique en partie par son apparence physique atypique. Mais alors, pourquoi est-il si différent ? Serions-nous en présence d’un ancien chat sauvage ?

Petits félins sauvages : qui sont-ils ?

Quand on parle de chats sauvages, il ne s’agit pas des chats errants dans nos rues ni même de ceux qui battent la campagne sans aucune attache particulière à un foyer humain. Car, qu’ils vivent dans notre salon ou en liberté, ces chats-là appartiennent tous à la même espèce, celle du chat domestique dont le nom scientifique est Felis Catus.

A savoir d’ailleurs qu’un chat « Felis Catus » vivant en dehors de toute présence humaine est appelé chat haret. C’est-à-dire qu’il s’agit d’un chat domestique retourné à la vie sauvage.

Alors non, les chats sauvages dont nous parlons ne sont pas des chats errants mais des cousins de notre chat domestique.

Pour situer un peu mieux les choses, les petits félins sauvages (Small Cats en anglais) et les chats domestiques appartiennent à la branche des Félinés. Si on leur ajoute le groupe des grands félins (Pantheridés), alors on grimpe sur la branche du genre Félins (Félidés).

Le Maine Coon, un chat géant et des plumets sur les oreilles

Ce chat très populaire nous vient des États-Unis (état du Maine) et existe probablement depuis le 18ème siècle.

Quand on regarde un Maine Coon, il est bien naturel de se poser des questions sur son origine. Car il diffère énormément du standard d’un chat Européen traditionnel par sa morphologie, la forme de son museau, son gabarit, ses énormes pattes et…les plumets au bout de ses oreilles !

En France, il est même le plus grand chat de race (à savoir que le LOOF est la seule organisation habilitée à définir les races de chat en France et leur standard. Or, les grands chats hybrides tel le Savannah n’y sont pas répertoriés).
Le chat Maine Coon a aussi un museau particulier, beaucoup plus carré qu’on appelle « boite ».

Mais ce qui interpelle le plus, ce sont ses fameux plumets au bout des oreilles.

Or, cela est rare dans la nature. On en retrouve tout de même chez 3 félins sauvages, ce qui est peu. Mais alors, l’un de ces félins ne serait-il pas plus qu’un simple coussin pour le Maine Coon ? Dans ce cas, il aurait pu lui transmettre cette caractéristique tout à fait originale.

Voyons d’un peu plus près qui sont ces gros chats sauvages munis de touffes d’oreilles !

Le caracal, le chat monté sur ressorts

Le Caracal est un chat sauvage remarquable qui existe sans doute depuis des millénaires. Il a une prédilection pour les habitats plutôt désertiques et on le retrouve essentiellement en Afrique.

Il est plus grand qu’un chat domestique et il peut peser de 8 à 20 kg.
Son poil est court et son pelage est en général de couleur fauve à roux.
Son point fort ? Il est capable de faire des bonds à la verticale de 3 m ! Il en a d’ailleurs fait sa technique de chasse favorite pour attraper les oiseaux en vol.

Mais surtout, on retrouve chez lui de remarquables pinceaux noirs très longs au-dessus des oreilles.

Pourtant, c’est bien le seul point commun qui existe entre Caracal et Maine Coon. Et l’origine de notre grand chat préféré n’a rien à voir avec ce félin africain. Ces deux-là n’ont même jamais eu l’occasion de se croiser !

Le Chaus (ou Chat des Marais), champion de natation

Un peu plus petit que le Caracal, le Chaus peut quand même peser de 7 à 13 kg. Son habitat actuel va de l’Egypte à l’Asie du Sud Est en passant par l’Inde. Il possède donc lui aussi des plumets mais ils sont très discrets.Signe particulier : il nage très bien, au point qu’il est capable de pêcher des poissons pour se nourrir.

A l’époque de l’Egypte antique, ce chat sauvage a côtoyé le chat ganté égyptien (Félis Lybica) qui est ni plus ni moins que l’ancêtre du chat domestique. Il est d’ailleurs fort probable qu’il vivait au contact de l’homme à cette époque (voir l’histoire du chat en Egypte antique).

Mais alors, nous tenons peut-être une piste ? Si son copain Félis Lybica est l’ancêtre du chat domestique, pourquoi lui ne pourrait-il être celui du Maine Coon ?

Hé bien non. La génétique a pu démontrer que nos chats domestiques avaient bien pour ancêtre uniquement Félis Lybica. Puis ils ont migré vers la Grèce et la Rome antique pour ensuite se répartir dans l’Europe entière. Les gènes du Chat Chaus, eux, sont restés en Egypte et dans le reste de son habitat favori, bien loin du continent américain.

maine coon

La famille des Lynx

Les Lynx ont tous des airs de gros chats. Il en existe 4 sous-espèces différentes mais ce qui les rend reconnaissables immédiatement, ce sont ces fameux plumets d’oreilles.

En fait, le plus compliqué chez les Lynx, c’est leur nom. Car chaque sous-espèce est appelée différemment selon les pays, et je ne parle même pas des noms scientifiques ! Pas très facile de s’y retrouver…

Donc, voici ces 4 sous-espèces avec leurs principaux petits noms :
Le Lynx du Canada : ou Lynx gris ou Lynx polaire ou Loup-Cervier
Le Lynx roux : ou Bobcat (pour les américains) ou Lynx bai ou…chat sauvage pour les québécois (de quoi tout mélanger)
Le Lynx boréal : ou Lynx commun (pas très sympa l’appellation) ou Lynx d’Eurasie. Ajoutons à cela, Lynx d’Europe une appellation courante mais incorrecte. Parce que sa zone de répartition est beaucoup (mais réellement beaucoup) plus large que l’Europe.
Le Lynx pardelle : ou Lynx ibérique (espèce menacée et devenue rare)

Le Lynx, ancêtre du chat Maine Coon ?

Laissons les Lynx eurasiens et espagnols, trop éloignés de la zone qui nous concerne.

Par contre, 2 espèces nous intéressent tout particulièrement : le Lynx du Canada et le Bobcat.
Le Lynx du Canada vit dans tout le continent Nord-Américain et en particulier, comme son nom l’indique, au Canada.
Le Bobcat, Lynx de taille plus modeste, vit du sud du Canada jusqu’au Mexique, en passant par la quasi intégralité des Etats-Unis. En fait, il est capable de vivre dans une grande variété d’environnements (forêts, brousses, déserts), ce qui explique son large habitat.

Première observation, le Bobcat et le Lynx du Canada ont une zone commune pour leur habitat : au sud du Canada, mais aussi au niveau de l’Etat du Maine (pour ceux qui ont quelques lacunes en géographie américaine, l’état du Maine est celui qui est le plus au Nord-Est des Etats-Unis et il partage une frontière avec le Québec).

Voilà donc 2 espèces de Lynx qui vivent précisément là où le Maine Coon est né. Et de tous les félins sauvages qu’on a vus, ce sont eux qui ont le plus de particularités physiques communes avec le chat Maine Coon : leurs touffes d’oreilles bien sûr, mais aussi la belle collerette de poils au niveau du cou et de grosses pattes protégées de poils entre les coussinets.

De plus, le Bobcat est à peine plus grand qu’un chat (ce qui explique que les québécois l’aient surnommé Chat Sauvage pour le différencier du Lynx du Canada).

Comment ne pas résister à tentation de dire que le Maine Coon est le résultat d’une hybridation entre un Lynx et un chat domestique ? Bon nombre de personnes ont sauté sur cette conclusion, et même encore aujourd’hui.

Cependant, avec les avancées scientifiques et notamment dans la génétique, cette belle théorie a volé en éclat : non, le Lynx n’a pas donné naissance à la race Maine Coon. Notons d’ailleurs que des hybridations naturelles entre espèces différentes sont rares. Alors qu’on sait que les sous-espèces Bobcat et Lynx du Canada, plus proches génétiquement, ont déjà donné naissance à des hybrides nommés Blynx ou Lynxcat (contraction de Bobcat et Lynx du Canada).

Que cela ne vous empêche pas de dire que le Maine Coon est LE chat qui ressemble à un Lynx.
D’ailleurs, vous savez quoi ? Ces fameux plumets qu’ils ont sur les oreilles… Et bien chez le Maine Coon, ils s’appellent officiellement des lynx tips !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *