11 octobre 2019 par dans Rongeurs, lapins et furets - 134 Lectures

Adoptez un lapin, une espèce plus étonnante qu’il n’y paraît !

Le troisième animal domestique le plus répandu dans les foyers français n’est pas vraiment du genre à cliver. Vous en connaissez beaucoup vous, des gens qui n’aiment pas ces mammifères si charmants ? Après avoir découvert quelques-unes de leurs facettes les plus insoupçonnées, nous vous aiderons à choisir votre prochain compagnon !

Les singularités du lapin

Sa bouille et ses oreilles craquantes sont largement mises en avant, mais d’autres traits de caractère méritent d’être évoqués !

Des dents qui ne cessent de pousser

Avant toute chose, il convient de combattre une croyance populaire qui traverse paradoxalement les âges. Les lapins n’appartiennent en aucun cas à la catégorie des rongeurs, en effet ce sont des lagomorphes, au même titre que les pikas et les lièvres, un ordre de mammifères qui se distingue entre autres par leur dentition spécifique. D’ailleurs, leurs dents ne s’arrêtent jamais de pousser ! Rassurez-vous, nul besoin d’une muselière pour vous prémunir d’une morsure intempestive. Les dents du lapin doivent juste pouvoir s’user continuellement. Pour ce faire, il est recommandé de leur mettre à disposition un jouet en bois qu’ils auront l’occasion de ronger.

lapin

Des postures surprenantes !

Ensuite, vous devez avoir à l’esprit que ces animaux sont susceptibles de ressentir l’ennui. Ainsi, si vous n’avez pas ou peu de temps à accorder à cette boule de poil, il est préférable que vous évitiez d’en adopter un, quitte à vous tourner vers une espèce qui accepte davantage la solitude.

Vous avez peut-être déjà aperçu sur des vidéos ou chez un proche un lapin s’allongeant sur le dos ? Pas besoin de vous mettre en état d’alerte quand cela survient, il ne se prend pas pour un chien ! C’est un comportement tout à fait normal, cela témoigne de leur bien-être, tout comme vous pouvez le ressentir lorsque vous flottez sur le dos à la plage ou à la piscine, profitant d’un état de plénitude. Les lapins le font même fréquemment lorsqu’ils côtoient leurs maîtres, cela signifie qu’ils attendent de la part de ces derniers quelques gratouilles !

Un mangeur de crottes

En adoptant un lapin, vous ne souhaitez sans doute pas faire une croix sur l’hygiène ? Mais vous allez sans doute être effrayé de constater que votre compagnon ingurgite parfois ses propres crottes. Pas très ragoûtant cette pratique, n’est-ce pas ? Les caecotrophes, des crottes molles du matin constituées en grande partie d’eau, ont besoin d’être assimilées par le lapin pour favoriser son transit intestinal, lors d’un second passage.

Des pirouettes étonnantes !

Certaines de leurs capacités surprenantes attendrissent les néo-propriétaires de ces animaux. On songe par exemple aux pirouettes et sauts impressionnants que des spécimens peuvent effectuer au regard de leur petite taille. Pour en apprendre davantage sur eux et découvrir des faits amusants concernant les lapins et une multitude d’animaux, rendez-vous sur Bestiapolitan, qui couvre ces sujets avec un ton décalé !

Ma lapine la Castafiore

Il convient de rappeler que votre futur animal de compagnie ne sera probablement jamais aussi bruyant qu’un chien, bien évidemment ! Cela étant, il est susceptible de communiquer de diverses façons, à votre plus grand étonnement dans certaines circonstances. Si ses vocalises s’apparentent à une piètre performance d’une chanteuse de télé-réalité, vous feriez mieux de vous inquiéter. Cela indique qu’il est sur la défensive et ressent la situation comme une agression. Un grognement rauque trahit un agacement certain, pouvant présager des coups de pattes arrière, alors laissez-le tranquille !

Comment choisir son lapin ?

Une multitude de critères permettent de différencier les lapins. Focalisez à minima sur les trois suivants pour éviter toute déconvenue.

L’âge

Votre nouvel ami doit être âgé de plus de deux mois lors de son adoption afin d’avoir la garantie que son sevrage est bien achevé. Avec les lapereaux plus jeunes, leurs mères n’ont pas forcément eu le temps de faire le nécessaire pour assurer l’éducation de la progéniture. En principe, si vous craquez pour un lapin adulte qui a grandi dans un élevage ou chez un éleveur, l’animal sera aussi bien éduqué que stérilisé. Mais si la bouille d’un lapereau vous attendrit trop, vous allez devoir organiser sa stérilisation et vous charger de l’éduquer vous-même.

Le sexe

La docilité des lapins mâles comme femelles n’est pas réellement un sujet, chacun présente ses petits écueils qui sont largement supportables : les femelles ont leurs épisodes ponctuels de chaleurs tandis que les mâles sont susceptibles d’uriner de manière intempestive pour marquer leur territoire. De manière générale, le comportement du lapin est davantage fonction de sa personnalité et de son éducation que de son sexe.

La race

Vous devez avoir à l’esprit que les espèces dotées de poils longs exigent plus d’entretien et de toilettage et que leurs homologues à poil court. Ces animaux sont ensuite classés en plusieurs types de races. Attention, un lapin même dit « nain » ne restera pas petit : certaines espèces peuvent devenir très grandes !

L’une d’entre elles convient davantage aux familles dont les enfants en bas âge peuvent grandir avec ces petits mammifères : ce sont les petites races comme le chinchilla, mais il est aussi plus fragile. On distingue ensuite les races moyennes à l’instar du bélier anglais, des lagomorphes moins vulnérables que les lapins de petites races aux attendrissantes oreilles tombantes. On trouve aussi le géant des Flandres et d’autres grandes races dans les refuges et divers lieux d’adoption, ce sont des compagnons qui requièrent des dépenses plus conséquentes en soin et en nourriture.

Les plus précautionneux peuvent opter pour l’angora ou un autre lapin de race naine, en ayant conscient qu’il s’agit d’animaux à la santé beaucoup plus fragile.

À quel endroit adopter un lapin ?

Si vous ne recueillez pas un animal auprès d’un proche, diverses solutions vous permettront d’agrandir les rangs de votre famille avec cet irrésistible compagnon. Tout d’abord, vous pouvez répondre à l’appel d’un particulier qui a fait reproduire son propre animal. Tenez bien compte de la maturité sexuelle qui intervient entre 4 et 8 mois chez la femelle et entre 5 et 7 mois chez le mâle.

Cela étant, il serait dommage de ne pas étudier en premier les possibilités d’adoption offertes en refuge, malheureusement engendrées par des lapins abandonnés ou des lapereaux nés de mères elles-mêmes abandonnées ou issues d’animaleries peu scrupuleuses. Vous êtes aussi susceptible de succomber pour un animal vivant dans un élevage ou proposé dans une animalerie : attention à vous enquérir de sa bonne santé, de son sexe réel, de son comportement, de son âge et de vous assurer de son bon sevrage.

Préparer son habitat

Suivez les recommandations suivantes si vous désirez que votre lapin vienne habiter avec vous dans les meilleures dispositions, qu’il s’agisse du modèle de sa cage ou des équipements dont elle sera dotée.

Suffisamment d’espace

Pour que votre animal s’acclimate bien à son nouvel environnement, il est primordial de respecter quelques règles et de lui offrir un cadre de vie adéquat. La cage qu’il va occuper la nuit et un certain temps en journée doit absolument être installée à l’abri des courants d’air, éloignée d’une entrée ou de tout autre lieu de passage et encore plus si vous avez un chien ou un chat. Quid de sa taille ? Le lapin doit avoir la possibilité de se tenir debout sans que ses oreilles n’atteignent le haut de la structure. De plus, cette dernière doit lui permettre de faire 3 bonds successifs (1m20 en moyenne pour un lapin adulte).

Un refuge hygiénique au sein de sa cage

Cette cage doit être équipée d’un bac à litière, l’espace réservé aux besoins de l’animal qui nécessitera d’être entretenu plusieurs fois chaque semaine, en dépit de la propreté naturelle du mammifère. Pour éviter que ses pattes ne s’abîment progressivement au contact du revêtement de sol, surtout humide, la mise en place d’un petit tapis s’impose (qu’il faudra aussi nettoyer) ! Un peu de foin n’est pas de trop non plus pour que votre compagnon puisse s’y enfouir allègrement, sans oublier l’ajout d’une maisonnette adaptée, faisant office de refuge lorsqu’il souhaitera jouir d’un maximum de tranquillité. Pensez à lui proposer des sorties régulières, pour son bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *